Un 31 décembre 2012...

Par où commencer?  Sûrement par le commencement, vous allez me dire.  Et vous avez bien raison.  Un 31 décembre bien tranquille, ménage, fiston qui s'amuse avec sa tonne de légos.  Hop, un texto entre: "es tu prête à photographier ton premier accouchement?"  Mon coeur s'est arrêté de battre à ce moment précis, pour reprendre qq secondes plus tard, paniquée: je devais trouver une gardienne!!!!!!! Merci au papa d'Éliot d'être venu à ma rescousse, quittant son travail pour me permettre de vivre cette expérience.

Ni une ni deux, je prépare mon matos photo et hop dans mon char.  Arrivée à la maison de naissance de Limoilou (d'ailleurs, un immense merci aux sages femmes présentes à ce moment qui m'ont laissé la place, accompagnées, etc... vraiment précieux), j'entre et le stress commence à monter.  Et si je n'étais pas capable?

Arrivée sur l'étage, j'entends crier.  BAON, naive vous allez me dire, mais je priais que ce ne soit pas déjà ma cliente.  Hé oui.  Après quelques chaleurs et questions du genre: qu'est-ce que je fais ici? , tout s'est rapidement calmé, par la douce présence des sages femmes, et de mes clients si amoureux.  Je me suis vite laissée emportée par la magie... de la vie.

De l'impuissance, j'en ai vécu.  Face à la douleur.  Face à l'impuissance du papa.  Choyée.  Prévilégiée.  Émue.  Je n'en reviens pas encore, mon corps toujours parcourru de frissons d'émotions quand je repense à cette petite tête poindre... cette petite rosette de cheveux... cette petite main pressée... un papa parfait (oui oui et sincèrement, le mot est faible), présent, attentionné, attentif, réactif, proactif ... une maman impressionnante (oui oui, le mot est faible je sais), dotée d'une force, de courage, d'une dévotion, d'un focus hors du commun : "Vient en bébé, maman est prête, j't'aide à arriver, j'ai hâte de te voir".  Andrew est arrivé au monde, entouré d'amour.

Merci Jenny et Phil.  Je vous aime profondément.